Les Troubadours des Plaines

Site officiel des Troubadours des Plaines
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ne lisez ce message qu'au retour du soleil (nocif au moral)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aklatan
Capitaine des Plaines
avatar

Messages : 483
Date d'inscription : 04/07/2008
Age : 104
Localisation : Collines de Sous-Voûte-Chêne, la maison à côté de la cascade, où un gnome taille parfois des pierres.

MessageSujet: Ne lisez ce message qu'au retour du soleil (nocif au moral)   Ven 8 Mai - 7:37

Nous sommes au foyer - hors rôle, parce que j'ai besoin d'émettre des dates du calendrier grégorien, et non pas celui des Hautes-Plaines dont j'ai déjà oublié le nom, pitoyable.

En ce moment je suis au foyer aussi, à mon foyer propre - eh oui car, étant hors-rôle, ce qui est beaucoup moins coloré et original que le rôle habituel, il n'y a pas de réseau informatique dehors - et c'est assez terrible.
C'est d'abord terrible, pour une première raison, nous sommes le 8 mai 2009, et nous fêtons ainsi le 64ème anniversaire de l'armistice de 45. Nous y gagnons un jour de repos. Déjà ça c'est pitoyable. En plus, si il faut gagner un jour de repos, il faut y mêler des jours de travail réguliers. Le travail régulier défit toute règle naturelle, et se rapporte au boulot ou au lycée, besogne imposée et plus que contraignante. C'est pitoyable car il a fallu mener une énième guerre - où tout le monde devait arracher les tripes de son voisin pour obéir à deux guignols dans leurs palaces surélevés parce qu'ils veulent s'attrivuer des terres (sur lesquelles leur nom n'est pas marqué), des possessions matérielles futiles et qui appartiennent déjà à quelqu'un d'autre, ou imposer un dogme, soutenu par l'arrogance suprême d'imaginer qu'il est un modèle universel et irréfutable- pour faire semblant encore une fois de reconnaître que c'est terrible, qu'on ne le refera soi-disant plus, et que l'on mime la reconnaissance d'un jour qui se veut heureux (l'armistice, mon cul, c'est heureux, non ? Comme un type à moitié bouffé par une gangrène, qu'on a réussit à tirer de la mort, youhou...) par l'inauguration d'un jour de repos !
Pitoyable. Qui a dit que c'était un jour de repos ? Personne ne se repose en mémoire des guerres. "Oui mais c'est uniquement pour les travailleurs et les types payés au Smic, les commerçants et tout le reste ils gardent leurs services ouverts, d'un point de vue économique, social, machin, gnagnagna..." ; sans être rabat-joie, voici un exemple parmi des millions d'autres, celui des japonais de 9 ans et demi courbés à la chaîne à baskets, qui, même si la fin de la guerre s'est manifestée plus tôt que le 8 mai, ignorent presque la mémoire de ce jour commémoratif, qui, avouons-le, ne leur permettrait pas de repos même si ils se sont pris des bastos russes et une bombe atomique dans la tronche.
En fait, on se fout carrément de la mémoire des jours qui font pile-poile tant d'années par rapport à la fin des guerres, ces jours là ne sont que des jours de travail en plus durant lesquels tous les humains mettront encore plus d'argent et de matériaux pour fabriquer de nouvelles armes, créer de nouvelles tensions par des commerces exigeants et frénétiques, entre des pays qu'ils ont voulu DELIMITER par des frontières grâce au système "t'as vu ta gueule? je t'aime pas, séparons-nous"...

Mais je me suis égaré, car ce n'est pas vraiment ce dont je voulais parler !
D'ailleurs cette dernière phrase est une connerie, j'ignore totalement quoi écrire, car je suis seul, en mon foyer, il est 9h23, le ciel est gris, ma chambre silencieuse, ma tour de pc ronronnante, et la lumière de mon bureau me disant de marcher vers la lueur au fond du couloir obscur, le bourreau, des révisions de l'oral de français. Vous le sentiez venir, n'est-ce pas !!!
Et si vous n'aviez pas bien compris ce message totalement insignifiant, initéressant (seulement impulsif), et qui vous donnerait presque envie de vous diriger vers une des chroniques de la Citrouille balafrée, sachez que je suis en phase (récurrente ces temps-ci) de confrontation avec le pire dilemne existant en cette période : flemme, syndrome de page blanche, esprit inactif, gris comme le ciel nappé, scindé entre d'une part le choix d'écrire n'importe, et d'autre part celui de réviser ce putain d'oral. Porblème ? La volonté ! - Quand on veut, on peut, croyez cela ! Quand on peut, on croit, et quand on croit, on veut... c'est pas toujours vrai, mais parfois ça matche... Tout ca pour dire que c'est le cercle vigoureux qui vous mène à la satisfaction et à l'enthousiasme. - En ce moment, et ça doit vous arriver aussi, ma vitesse centrifuge n'est pas assez forte pour entrer dans ce cercle de vigueur ; or l'élan nécessaire à la vitesse suffisante ne dépend que de ténacité et de moral. Quel est son contraire ? L'apathie ; je suis en plein dedans !
Musique ? Non. Pourquoi non? Je ne sais pas, on explique rarement un sentiment. Même "apathie" est vague.
Et dans ce cas, le pire ennemi est le temps qui passe. Que tout ce système temporel 24h chrono dépêche-toi fais-ci fais-ça t'es surveillé soit maudi par les sept tridents vivants du dieu des glaces tièdes.

Saloperie, les nuages grisâtres ont tout leur temps pour déguerpir et redonner le soleil sur le monde, ça fait des milliards d'années qu'ils sont là, ils n'ont pas besoin de dépêcher, ils n'ont pas de montre. L'apathie n'a de montre que le surpassage (ca existe ? flemme de vérifier) de la fatigue vers l'activité, pour se transformer en quelque chose de meilleur, ou de pire.

La vie est un quitte ou double constant ; il faut juste s'en rendre compte. Posez vos stylos.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aklatan
Capitaine des Plaines
avatar

Messages : 483
Date d'inscription : 04/07/2008
Age : 104
Localisation : Collines de Sous-Voûte-Chêne, la maison à côté de la cascade, où un gnome taille parfois des pierres.

MessageSujet: Re: Ne lisez ce message qu'au retour du soleil (nocif au moral)   Ven 8 Mai - 16:36

Wouf, ça y est, le soleil est revenu, et le cerveau est un peu moins ramolli (par contre le reste...)

En revanche, cela n'empêche pas que vous éprouviez toujours le syndrome du manque d'innovation, et de la page blanche en outre ; c'est assez terrible. Mais tant qu'il fait bon dehors, il fait bon dedans.
N'habitez en France qu'à la fin du printemps. Pour le reste, inutile, allez vivre au Chili, à Rome, ou bien en Azeroth, pas en France.

Au fait, on est toujours le 8 mai, les commémorations ont été célébrées, ça y est, et bien sûr les habituels anciens combattants ont témoignés... Nouvelle anecdote ? La voilà : il reste encore pas trop mal d'anciens combattants de 1940, et il en reste bien plus qu'il n'y en aura dans 6 ans, incroyable, non ? Car le coeur qui bat dans les poitrine de ces novagénaires est encore actif. En 2015, beaucoup seront décomposés, parce qu'ils auront arrêté de battre après 92 ans, alors qu'en ce moment, même le 8 mai 2009 à 18h 19, ils sont encore actifs, alors qu'ils sont en train d'écouter de la musique, d'être à l'apéro, ou bien de ceuillir des noix de coco. Halala, quel beau transport temporel que celui-ci. N'oubliez de regarder le 10 minutes sur m6 (oui car il leur faut dix ans pour avouer que leur six minutes en dure onze), on annoncera la mort de l'avant dernier 40'ien, puis vous pourrez lire ce message pour être transporté à une époque où vous étiez totalement conscient de lire ce post alors que l'époque qui sera présente n'aura pas encore été atteinte en ce temps-là, comprenons-nous.

Entre nous, j'adore les messages sans intérêt ; mais comme je suis un peu maniaque, j'éprouve une certaine amertume à ne rien avoir achevé dans une journée de temps libre (rhaa encore ce temps, ce ***** de teeeemps !!) ; donc, au cas vous n'auriez pas lu "La condition Humaine" de Malraux (vous croyez que j'essaie de me la jouer avec mes citations sur lesquelles je médite soi-disant, c'est une méprise, j'ai toute les peines du monde à finir ce bouquin pour le lycée, dont l'ennui s'assimile de façon remarquable à un ouvrage de statistiques médicales...), j'espère que vous quitterez le forum en y ayant gagné quelque chose, au moins, après la déception évidente qui vous a éventuellement subermgé à la lecture du premier post, juste au dessus (je ne vais pas l'effacer, c'est du temps de libre d'anéanti sur une vie courte).
Voici une réflexion sur la cause des guerre et de la conscience de l'humain :

"Ne trouvez-vous pas d'une caractéristique de l'espèce humaine qu'un homme qui n'a qu'une vie puisse la perdre pour une idée?"

"Ce qui fascine les homme face à l'idée de posséder le pouvoir, c'est l'illusion du bon plaisir. Le pouvoir du roi, c'est de gouverner n'est-ce pas ? Mais l'homme n'a pas envie de gouverner : il a envie de contraindre, d'être plus qu'un homme dans un monde d'hommes ; échapper à la condition humaine ; non pas puissant : tout-puissant. La maladie chimérique, dont la volonté de puissance n'est que la justification intellectuelle, c'est la volonté de déité : tout homme rêve d'être dieu.
Un dieu peut posséder, mais il ne peut conquérir. L'idéal d'un dieu, c'est de devenir homme en sachant qu'il retrouvera sa puissance ; et le rêve de l'homme, de devenir dieu sans perdre sa personnalité..."

PS : Reposez-vous dans un hamac en écoutant Loreena McKennitt (simple anecdote, ça peut être dans un tas de feuille avec du Black Sabbath...)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ne lisez ce message qu'au retour du soleil (nocif au moral)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le retour du Mollah Omar
» Retour vers son coeur.
» Le retour de Jean-Bertrand ARISTIDE, Par Claude Ribbe
» Retour d'Aristide: La Fin du Mythe
» + âmes sensibles s'abstenir, ne lisez pas ceci. (a)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Troubadours des Plaines ::    Le Village :: Le Foyer (hors rôle)-
Sauter vers: