Les Troubadours des Plaines

Site officiel des Troubadours des Plaines
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Zuuliaklatan ? Même histoire en tous cas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aklatan
Capitaine des Plaines
avatar

Messages : 483
Date d'inscription : 04/07/2008
Age : 104
Localisation : Collines de Sous-Voûte-Chêne, la maison à côté de la cascade, où un gnome taille parfois des pierres.

MessageSujet: Zuuliaklatan ? Même histoire en tous cas   Lun 7 Juil - 8:10

J'ouvre ce chapitre d'histoire en me présentant : Aklatan, alias Zuuliak Gueux du Luth !

Quand mes parents minotaures ont vu à ma naissance que j'étais un garçon humain, ils m'ont laissé grandir paisiblement pendant deux ans avant de m'obliger à regarder l'horizon pur d'un coucher de soleil, et c'est pendant cette nuit qu'ils sont partis. J'ai même admiré la beauté du lever du soleil, et c'est cet abandon bénéfique qui m'a fait prendre conscience que l'on peut glandouiller jusqu'à roupiller, mais qu'il faut se bouger le cul à un moment de sa vie.
C'est donc après avoir remarqué que certains fruits n'étaient pas comestibles, et des chaussures bien plus confortables que de la peau de nouveau-né, que j'ai évolué dans le monde en me prenant en charge, avec un foie à toue épreuve et des plantes de pieds en béton.
C'est un gitan des forêts qui m'a recueilli, et m'a appris bien des choses, notamment divers instruments comme le banjo et la guitare. Mais un triste jour de pluie, je me suis vu attribuer son banjo et sa flûte, tout ce qui lui, restait ; le malheureux s'était rendu au saloon et n'avait pas payé sa dette, c'est cette crapule qui l'a descendu dans le dos du bas-ventre, entre les deux yeux.

Je me suis retrouvé à vagabonder tel un... bah un vagabond, dans les champs et collines. J'ai parcouru une bonne partie du pays pendant cet intermède, méditant dans tous les recoins tranquille où je pouvais soupirer. Je méditais sur la montagne, la colline, la forêt, le toit de la maison, du château, à l'envers, sous l'eau... Accumulant la haine et des réponses, des solutions, toute raison qui constitua ma personnalité. Pour éviter de cogner un écureuil chaque fois que j'en voyais un, je jouais, je jouais, et je jouais encore (et le démon du jeu m'a pris, j'étais ruiné ! non en fait non...).
Mais un jour, j'ai eu faim. C'est pourquoi j'ai décidé de me faufiler dans chaque spectacle de foire où je pouvais gagner une miche de pain, et ce de par le royaume entier.
Mais la population n'appréciait pas ce que je faisais, elle était inculte, grossière, lourdaude, puante et détestable. J'en ai eu ras le cul de recevoir sans cesse des tomates dans la tronche alors que la populace me disait de dégager avec mon luth bizarre, en gueux sale et vagabond que j'étais, d'où mon nom.
J'ai renvoyé une tomate à la gueule d'un sale ivrogne, et j'ai brandi la seule épée que j'ai pu trouver près de moi… Haha ! Là, du bout de ma lame, ils ont appris le silence instantané -sortilège rare chez les humains - rien qu'à la vision d'un monceau de métal, ce n'était pas le métal qui leur faisait peur, c'était de voir que c'était un homme qui le brandissait (et là j'ai voulu dire "hinhin je tiens ma vengeance, vous faites moins les malins espèces de *****... Putain, quelle sensation géniale, j'aurais bien pu leur taillader le lard à tous)

Les gardes se sont emparés de moi et m'ont jeté en prison. Le bagnard d'en face appréciait ma musique, et me demandais d'en jouer dans le silence morne de la prison. J'ai donc joué, et rejoué pendant plusieurs semaines, jusqu'à ce qu'il me dise que je pourrais me faire la belle avec lui. Il m'a ouvert la route, alors que je ne savais même pas me servir de l'épée qu'il m'avait donnée. Nous nous sommes fait poursuivre à travers les plages et les campagnes.
Ainsi il m'a appris à me battre, à manier l'épée courte, puis longue, la hache, la hache à deux mains, qui se révéla être mon domaine de prédilection, car la grande hache avait des proportions assez importantes pour contenir la hargne et l'énergie que je voulais et pouvais accumuler. Je me suis usé le dos m’expérimenter expérimenté en combat rapproché, d'offensive brutale si l'on peut dire, qu'il appelait support de combat (ce beau mot pour traduire le combat qui divise es êtres-vivants, ahlala… mais quand il s’agit de terrasser une bêbêtes, c’est pratique pour se remplir la panse).
Ce combattant expérimenté m'a aidé à rassembler un peu d’équipement de maille et de cuir ; à améliorer, pourquoi pas ? Remarque il faut déjà se le trimballer !

Un aspect important est à rajouter : je me suis lancé dans la fabrication d'alcool assaisonné. Dans ma cave secrète, je m'essaie à rassembler quelques bouteilles d'hypocras, ou de goudale, de cervoise. J'entrepose parfois des produits "miracles" et bon marché dans un magasin spécialisé dont je suis le seul employé avec sa fierté, la Boutique Arnaque de Zuzu, n'hésitez pas à la demander !

A présent, traversons la riante campagne en sautillant tout en jouant et chantant, sous les rayons du soleil qui guettent les troubadours, hache sur le dos, bottes qui puent aux pieds !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Zuuliaklatan ? Même histoire en tous cas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tekken (photos,histoires des perso et bien d'autres)
» L'histoire du vilain petit canard, vous connaissez ? Non ? Tant pis pour vous. (Xerxes)
» Mais j'trouve pas d'refrain à notre histoire. Tous les mots qui m'viennent sont dérisoires. [Livre II - Terminé]
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Troubadours des Plaines ::    Le Village :: La Grande Salle (rôle)-
Sauter vers: