Les Troubadours des Plaines

Site officiel des Troubadours des Plaines
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En une heure bleue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aklatan
Capitaine des Plaines
avatar

Messages : 483
Date d'inscription : 04/07/2008
Age : 104
Localisation : Collines de Sous-Voûte-Chêne, la maison à côté de la cascade, où un gnome taille parfois des pierres.

MessageSujet: En une heure bleue   Sam 7 Jan - 17:55

Allez, allons, c'est une heure bleue ; de ce que l'on appelle un "blues time"... Oui, le jour s'en va, le soir est incertain, toutes teintes se mélangent derrière la fenêtre... Les lumignons fantômatisent l'atmosphère, on croirait une brume de lumière, qui se déploie doucement sous l'opaque tenture du ciel... Le feu dilue les couleurs de l'ombre, brassant de sombres nuances dans les nuages de fumée des pipes des campeurs... On croirait un hall abandonné, éclairci dans ses recoins de quelques lampes, qui espèrent encore les visiteurs... Ou plutôt une soirée d'hiver, comme le philosophe à son balcon le raconterait, en fumant vraisemblablement sa pipe, l'oeil fasciné ; plutôt qu'un chien de fermier l'écrivant aussi maladroitement, d'une plume qu'il trempe de sa propre bave.

Mais qu'importe : une heure bleue, pour parler - presque morosement - au hasard de la pensée, des mots, exactement comme je le faisais avant, sur notre bon vieux petit forum, petite maquette du Village des Hautes-Plaines, esquisses de nous-mêmes dans le petit jeu qui commençait pour nous, et esquisses de Troubadours en pleine escalades de savoureux projets... Je veux dire, comme avant, je pense, je parle : j'écris sans préparation, sans décor de rimes, de strophes, d'introduction, de progression stylistique débordante d'abrusimagre de conneracontadelle, sans plan de travail bien ménagé sur une page blanche annexe pour assurer conservation et copie bien corrigée ; comme avant, sur la joyeuse couleur du cadre de texte, et ses contours enchanteurs de rouge, de vert, et les boutons de modification, de champs de titre, de petits smileys à vous équarrir de glousser rien qu'en y jetant à oeil, et en essayant de les ordonner l'un après l'autre sur la grande roue de la fortune humaine !
Oui, comme avant, sans idée, sans justification aucune d'enregistrer le plus insignifiant ou le plus abrutissant de tous les messages sur l'échelle de la pertinence d'une page communautaire, sans aucune intention textuelle, créatrice, si ce n'est d'écrire pour vous, mes bons amis, avec peut-être l'espoir de vous faire passer quelques secondes de bon temps à surprendre ces quelques lignes indiscrètes, glissées au nez et à la solennelle rivière abdominale du meneur et des visiteurs, dans leur feint sérieux d'intérêt aux bonnes moeurs de ce forum... de les surprendre comme une vilaine farce, subversion légère, comme une punaise déposée en douce sur le trône délicatement brossé, ou un insecte séché découvert dans la noble volaille... Oui, c'est, ou c'était, un peu comme ça : qui lira donc cette histoire ? Rien qu'une personne ? Tant mieux ! Tant que ça l'amuse ! Et je crois que c'est encore un peu comme ça aujourd'hui ; combien de message ne vous adressé-je pas sans commencer par "Mes chers compagnons"... Mais malgré tout, ils peuvent bien demeurer comme bouteilles jetées à la mer pour s'égarer à jamais, ça n'a pas tant d'importance. Parce qu'en fait, je crois bien que j'aime ça. Imaginer (à tort ou à raison) la mine enjouée du visiteur découvrant un nouveau titre à la liste des messages ; commencer, effacer, continuer, puis ajouter un énième message à la grande bibliothèque de baluches qu'est ce coffre forum... C'est un espace de clan, créé POUR la communauté, ce qui lui donne tout son intérêt ; et pourtant je ne peux m'empêcher de l'affectionner en tant que "terrain de jeu", qui se légitime par votre présence, bien sûr...
Oui, qui l'eût cru ? J'y ai pris goût... Ce que je n'imaginais pas en écrivant les premières de mes lignes les plus impertinentes dans ces jolis cadres...

Enfin ; comme avant, avec le plaisir du désintérêt, comme l'indifférence à la qualité d'une blague que l'on médite sans pouvoir s'empêcher de proférer, sans se soucier de son impact... Mais allons, pourquoi écrire comme avant, en pensant à l'avant ? Parce que l'ancien forum (il y a presque cinq ans !) crépitait encore du feu de l'âtre de notre bonne taverne, sur son fond brun et boisé ? Parce que ce village et cette plaine à ciel ouvert ne semblent plus qu'évoquer les ruines d'un campement, ou un désert de sable ? Parce qu'il y a toujours un petit vent qui parcourt cette nature morte, et auquel j'aime me fier, me promenant avec lui...
Et je repense à la petite vie qui frétillait régulièrement dans chaque rubrique, prêtant attention au moindre message, et y répondant même souvent, allègrement !
Oui, comme avant, cela veut peut-être dire ce que j'aime me rappeler en me baladant encore dans cette plaine, ces champs un peu trop vides...

Décidément, certaines heures bleues peuvent être très agréables, surtout si on sait les utiliser ; puisse celle-ci l'être autant à qui - peut-être - y lira...
Eh bien ! Voici quelques lignes de plus, rien que ça ; quelques lignes alors, et ce sera tout ? J'aime ça !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
En une heure bleue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» ANGLADE REMET LES PENDULES A L'HEURE
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )
» Heure du début du draft?
» Dernier heure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Troubadours des Plaines ::    Le Village :: La Place Villageoise (rôle)-
Sauter vers: