Les Troubadours des Plaines

Site officiel des Troubadours des Plaines
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La nouvelle dernière chronique de la saison : sans médailles !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aklatan
Capitaine des Plaines
avatar

Messages : 483
Date d'inscription : 04/07/2008
Age : 104
Localisation : Collines de Sous-Voûte-Chêne, la maison à côté de la cascade, où un gnome taille parfois des pierres.

MessageSujet: La nouvelle dernière chronique de la saison : sans médailles !   Sam 31 Déc - 22:24

Ah, mes chers compagnons !

Il est l’heure de la prestigieuse chronique annuelle, qui doit inscrire nos gestes et hauts faits dans les cahiers de l’Histoire…
Bien que cette histoire soit vouée à croupir et moisir dans les tiroirs de solitude et de désaffection, de la même façon que ce pauvre bulletin prenne forme en ces dernières heures de l’année (en tous cas les premières déjà de notre Calendrier Déique…) à l’instant où chacun vaque à de réjouissants motifs… On ne sait trop lesquels ; festoyer au commencement d’une nouvelle année, ou à la fin de celle-ci, à la gangrène de l’oncle de Popignou qui ne l’aura pas rattrapé avant le nouvel an, ou même les bons souvenirs de notre parcours depuis cette même saison avait commencé, il y un an… C’est-à-dire, ce que votre serviteur aurait gré d’accomplir, malgré le sentiment qu’une bonne chopine chanterait plus de pertinence qu’icelle besogne !

Ainsi donc ! Loin s’en faudrait de rien lésiner de l’orgueil, de la grandeur que nous doivent nos brillants faits de larm… d’armes Troubadouriens manifestés tout au long de cette année, mais j’aimerais tout de même, par prudence, nous laisser le loisir d’un doute. Celui de la profusion (si la fécondité doit être congédiée d’office !) ; aussi, cela suffit pour se passer de grands discours, de ponctuation frénétique et passionnée, d’énumérations fougueuses, d’acclamations, d’enhardissements d’espérance… Niet !

Messires les Troubadours des Plaines (hahaha ! Quelle belle ironie : votre serviteur se trouve actuellement comme au beau milieu de la plaine la plus chauve, une plume en main. Et croyez-moi, c’est pour m’en gratter la tête !), je souhaite de bien vous divertir, et qui sait, peut-être de trouver une source miraculeuse, ou bien un plat nourricier plein du sang de l’inspiration, car ma mémoire a beau s’acharner à remonter le plus possible la pente abrupte de mes souvenirs, elle traverse un plateau lisse sur des patins sans rencontrer beaucoup d’embûches !

Si ce n’est… Les quelques lettres qu’Aklatan a pu recevoir, certes sans se bousculer, sur plusieurs mois ; l’histoire a le temps de s’étendre les tibias, pourrait-on dire !
Mais en effet, méritent certainement d’être lustrés et encadrés les virées, mémorables, dantesques, ou les deux, d’une part pour le week-end de la pénardise en Normandie, et d’autre part notre expédition pédestre dans le plus aventurier des pays : le Lot ! Je m’en remets à notre ami Tarlun pour des développements plus « lyriques » à ce sujet…
Sans compter les agréables petites réunions Troubadouriennes, qui demandaient plus de concentration à l’organisation de nos prochaines pérégrinations (poil au fion ! Tiens que le v’la, messire !), que de séduisantes simagrées, et autres lampées pour divertir notre réunion…
Les parties (grandioses ? Je me permets de l’ajouter. Notamment lorsque des nains, des plus intègres et courageux, accomplissent l’exploit de triompher de ridicules lutins qui se pâment des feux grégeois qui dilatent leurs poches… La charité pour maître le sens du commerce ! Quelle fête que ces événements !) de Donjon et Dragon s’avèrent sans doute les plus fructueuses entreprises…
Et oui, car s’il fallait effectivement garder le cul avachi sur une chaise, cette année, c’était bien pour trouver l’aventure autour d’une poignée de dés. Que voulez-vous ; le verre a droit d’être sali plusieurs fois avant de passer pour de bon à l’épreuve du torchon (poil au… et chibroutte ! Déjà fait !)

D’ailleurs, tout cela, je le célèbre avec vous. Car quant à moi, en songeant à un Gaggelon’Kashka a peine savouré, et un Naelgolomün évacué dans les latrines ; je n’ai rien accompli non plus, n’ai rien à vanter, rien à anticiper ; j’ai à peine conçu, n’ai que peu chanté, n’ai rien écris, et n’écrirai rien !

Maintenant on va pitancher comme des gouttières, chausser à l’envers des bottes trouées, rire comme des niais, et tous se marquer la fesse à la clé de serrure au barbecue. Très bonne nuit ! Je vous souhaite à tous une saison misérable !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La nouvelle dernière chronique de la saison : sans médailles !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je souffre de bordelisme chronique et de flemingite aigue. [JAKE]
» [Alexandre Ruiz] "La chronique d'Alexandre Ruiz"
» ? SAISON 1 ? Une nouvelle reine.
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Troubadours des Plaines ::    Le Village :: Le Foyer (hors rôle)-
Sauter vers: