Les Troubadours des Plaines

Site officiel des Troubadours des Plaines
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A mes chers Troubadours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aklatan
Capitaine des Plaines
avatar

Messages : 483
Date d'inscription : 04/07/2008
Age : 104
Localisation : Collines de Sous-Voûte-Chêne, la maison à côté de la cascade, où un gnome taille parfois des pierres.

MessageSujet: A mes chers Troubadours   Ven 14 Oct - 17:14

« Aïe ! L’on m’a piqué, ma foi,
Vaillamment de la fesse au foie,
Ca y est ! C’est une idée, je crois !
- Baille-la nous, confesse-moi,
Maïeutiquement, comme mes
Aïeux d’avant la tamisaient,
N’ayant qu’oreille, et front, peut-être,
Ailleurs de la barbe du maître ;
Là hier et jusqu’à ce jour d’hui,
Qu’aille alors nous divertir l’ouïe
(Faille-t-il la nuit) ce qui vint
Saillir si hardiment tes reins !

- Oh là ! Quel convive, vraiment,
Quel admirable empressement !
J’en entends toute la raison,
Et j’ai gré de résolution :
Alors amassons le papier
Pour y gratter ! Les encriers,
Les dégorger ! Et foison d’oies
Pour les plumer ! Et d’une fois
Tailler le crin, trancher le cou,
Faisant d’une pierre deux coups,
Peindre le poil, griller la chair
Pour célébrer la bonne chère,
Et beau vin clair, et bonne bière
Pour dégorger ! Dans un grand verre,
Et rempiler ! Dans un bon bock,
La fulgurance de l’estoc
Qui pique et picore le fond
De mon fondement ; ce n’est non
L’inspiration de fait phallique !
Mais sublimation céphalique !
Dont je ne lâcherai la prise
Qu’au dernier denier de la mise !
Elle monte, je sens dès lors
Le monde se peupler encore
De belles bêtes monstrueuses
Et de cités industrieuses,
Et miroiter dans les rivières
Les perles, les astres stellaires,
Tant et plus, si bien qu’absorbés,
D’absolu l’eau s’est débordée,
Tout brille et tout se multiplie,
Tout se meut, oscille et grandit,
Ce sont des sphères, des échelles,
Des montagnes delà du ciel,
Qui culminent entre les lunes…
Et maintenant, j’attends Tarlun ! »

Qui couche pressément le soir
Accouche trop vite demain.
Pour le moment, allons-en boire
Avant que de passer la main.
Serrons-nous à la joie commune !
S’il y a lieu de quelques jours,
Nous demeurerons Troubadours,
Alors nous attendrons Tarlun.


Une fois l'oreille avertie, et puis si le coeur vous en dit, la main est vôtre désormais, continuez des vers qu'il vous plaît.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
A mes chers Troubadours
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Guilde Des Troubadours
» Nos chers voisins [Irving]
» Bienvenue, chers hôtes
» Mes chers amis, je pars. Je vous aime mais je pars, vous n'aurez plus d'Kinder... ;-;
» Mes chers collègues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Troubadours des Plaines ::    Le Village :: La Grande Salle (rôle)-
Sauter vers: