Les Troubadours des Plaines

Site officiel des Troubadours des Plaines
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Déjections polygonales, autel végétal, usage de la vertu : "Merci du cadeau!" - Partie 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aklatan
Capitaine des Plaines
avatar

Messages : 483
Date d'inscription : 04/07/2008
Age : 105
Localisation : Collines de Sous-Voûte-Chêne, la maison à côté de la cascade, où un gnome taille parfois des pierres.

MessageSujet: Déjections polygonales, autel végétal, usage de la vertu : "Merci du cadeau!" - Partie 4   Lun 23 Aoû - 16:32

Il fallait le dire, Aklatan était dupe, et bien qu’il ne songeait pas à lancer le caillou au cœur de la pousse et voir ainsi ce qu’il aurait gagné, il jeta de nouveau l’objet par terre un peu plus loin, afin de vérifier si ce gravier amorphe faisait vraiment pousser des fleurs monstrueuses en une demi-diose. Et une deuxième pousse difforme jaillit de la terre, avec quatre ailes cette fois, des dégradés pourpres sur l’une d’elles, quelque peu distancé de l’objet… Mais une deuxième pousse. Qui en précéda une autre, et encore une autres, et d’autres qui suivirent… et Aklatan qui suivait : à chaque nouveau jet de pierre – si c’était bien une matières de ce monde – une nouvelle plante bizarre poussait d’entre les poussières, mais aucune ne suivait la trajectoire du caillou, car elles la leur. En effet, elles traçaient une voie « d’un végétal ignoble » comme il serait bon de la nommer, à leur guise en s’espaçant d’à peine cinq pas l’une de l’autre, et s’éloignant vers la forêt, dont Aklatan suivait la piste comme un demeuré qui jetait un caillou par terre, se courbait pour le ramasser, et le relançait pour retourner le chercher encore une fois le long d’un immense plant sinusoïdal de fleurs affreuses.

Le Troubadour subjugué suivait inlassablement la piste qui s’ouvrait devant lui entre les arbres et les clairières du bois, sans se poser davantage de questions que celle qu’il s’était posée il y a déjà un moment : « Qu’est-ce que je vais faire de cette choses que j’ai ramassée au fond des chiottes ? »
C’est alors qu’il arriva au bout du chemin. Il le savait tant par sa surprise que l’impression excédée qui le traversa à la vision de l’autel disposé au fond d’un couloir de buisson : sa table n’était qu’une énorme et épaisse feuille colorée de bleu, de vert, de bordeaux, de brun…

En son centre, d’infimes traces sombres semblaient trahir une inscription. Le Troubadour intrigué, sous une impulsion soudaine, gratta la surface de la feuille, dont se détachèrent sans mal plusieurs couches flasques et humides, et dont la face intérieure paraissait granuleuse au toucher. Il remit en doute bon nombre de théories quant à la capacité des plantes à écrire ou à articuler des paroles, puisque c’étaient bien des mots qui s’alignaient à la surface de l’autel végétal, comme inscrits à l’aide à la fois d’huile, de terre et de sève verdâtre. Et voici ce qu’ils énonçaient :

Tu feras preuve de vertu. Par trois fois.

Aklatan était dans le pétrin.

Il lui semblait se souvenir d’ue vieille légende quand à des tablettes perdues au sommet d’une montagne, qui ordonnaient dix fois ce qui était marqué ici. Mais rien qu’ici, la corvée était multipliée par trois, ce qui rassemblait tous les symptômes d’une grosses arnaque. Ce que le Troubadour ne s’était pas retenu de penser haut et fort en s’apprêtant à quitter les lieux – en écrasant autant de champignons feuillus que possible, bien sûr – mais il fût cependant touché de voir une réponse apparaître sous la première inscription… charmant sentiment qu’il perdit aussitôt après avoir gratté la seconde surface :

Sinon par là où est sortie la relique repassera. Par trois fois.

Là, Aklatan était vraiment mal barré.
Il préférait ne pas discuter davantage, mais ne voulait pas en faire davantage non plus. A son grand désarroi, les pousses difformes s’étendaient toujours sur le long chemin derrière lui, et ne pouvaient que lui indiquer de suivre cette direction, où cette fois, il savait à peu près où elle devait le mener.
« Vertu ». Autant que le mot « grave » qui n’existait pas autrement que pour signifier le contraire avec un « pas » libérateur, « vertu » n’avait pas sa place dans le vocabulaire Troubadourien. Ou bien seulement dans celui d’Aklatan.

L’esprit désorienté, une seule idée avait décidé de s’installer ; elle mena directement le Troubadour dans ce que le village aimait appeler sa bibliothèque : une cave qui jamais n’aurait eu l’impudence et l’obscénité de se voir construite plus grande qu’une cave à vin, aussi peu éclairée que fréquentée, seulement tenue par une mégère qui élevait des crapauds, des grenouilles, des lézards , et toutes sortes d’animaux croassants – de lune – qui perturbaient au plus haut point une lecture de dix ligne dans un endroit qui dont le silence n’aurait pu être violé que par les morts tant il ressemblait à une crypte.
De plus, du fait du poids de la réputation qui accablait à présent le Troubadour après cette nuit, la mégère ne semblait jamais avoir autant besoin d’un prince charmant qu’au moment où il réclama à consulter un livre, si proche soit-elle des batraciens.
Aklatan tâcha d’ignorer les spectres qui semblaient s’amuser à susurrer de grinçantes et angoissantes paroles au fond du minuscule espace de la bibliothèque, puis tourna les pages d’un vieux dictionnaire –à l’âcre odeur de moisissure – et fît glisser son doigt le long des mots, à la lueur d’une chandelle mortifiée…

VERTU [n. f] lang. arch. “veyrtöc” : « mérite de l’homme »
A. 1°. Energie morale ; force d’âme.
2°. Honnêteté
B. 1°. Disposition constante à accomplir une sorte d’actes moraux par un effort de volonté.


Le Troubadour resta de marbre un long instant, les yeux rivés dans l’obscurité. Puis il se partit à la recherche de la définition de volonté…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Déjections polygonales, autel végétal, usage de la vertu : "Merci du cadeau!" - Partie 4
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit guide de survie à l'usage des habitants de l'hôtel de Bourgogne
» Autel du Roi des Barbares
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» La drogue en Haiti, un phénomène nouveau !
» Sacrifice Personel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Troubadours des Plaines ::    Le Village :: La Place Villageoise (rôle)-
Sauter vers: