Les Troubadours des Plaines

Site officiel des Troubadours des Plaines
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Déjections polygonales, autel végétal, usage de la vertu : "Merci du cadeau!" - Partie 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aklatan
Capitaine des Plaines
avatar

Messages : 483
Date d'inscription : 04/07/2008
Age : 104
Localisation : Collines de Sous-Voûte-Chêne, la maison à côté de la cascade, où un gnome taille parfois des pierres.

MessageSujet: Déjections polygonales, autel végétal, usage de la vertu : "Merci du cadeau!" - Partie 3   Lun 23 Aoû - 16:30

Ce dernier, au réflexe trop tardif, tomba à la renverse, écrasé par les bras qui paraissaient parés à l’enfoncer jusque sous terre, et l’infâme créature au sourire pantomime malsain ralentit sa chute, comme maintenue par les fils qui la tiraient vers le ciel, puis, malgré les contorsions paniquées d’Aklatan qui tâchait de se libérer d’une étreinte irrémédiable, elle l’immobilisa dans un des plus incongrus et immondes bouche-à-bouches.
Combien d’êtres désirent voir sans cesse la vie se prolonger ? Combien se sont déjà confrontés à l’horreur de leurs cauchemars ? Malgré tant et tant d’êtres parmi eux, Aklatan était dévoré par le moment de sa vie où jamais il n’aurait voulu qu’elle soit plus courte qu’à présent, dans le contact impie que le pire de ses cauchemars ne saurait lui infliger : il lui semblait plonger dans un coma cauchemardesque, où réel et irréel se livraient une guerre ouverte et déchaînée. La noire créature s’envola aussitôt, en un rebond de voltige à la verticale qui la renvoya dans les ombres lointaines de la nuit.

Aklatan avait la nausée. Il n’avait pas à s’en vanter, il avait moins bu que n’importe qui, lorsque chacun était disposé à festoyer, c'est-à-dire lorsque rien ne venait chambouler leur programme ; autrement dit le doux breuvage perdait toute douceur et avait un autre goût, si c’était le cas. Mais à présent, le Troubadour était loin de contredire cette façon de penser, n’ayant aucune envie de festoyer, ni même d’avaler ce qui était devenu le pire breuvage qu’il soit : sa propre salive. Il aurait davantage apprécié de se vider entièrement là où le mal avait frappé, mais il semblait qu’une boule immonde étouffait sa gorge jusqu’à son estomac… et il faut dire que ce n’était pas plus facile de l’autre côté.

« Gggnnnnnfffff… gnnnaaalleeeez mmmgneeeeeuu… » Non non, aujourd’hui, il n’y avait personne ici, il n’était pas là. Et il valait mieux, au cas où on viendrait le chercher.
Mais aujourd’hui, Aklatan fît une découverte tout à fait particulière ; elle ne l’était pas pour autant qu’il la trouva au fond de ses toilettes. Cela le déçu un instant, devant écarter la moindre trace de réjouissance d’avoir la capacité de produire des déjections polygonales, mais susçita par la suite toute sa curiosité et ses mauvais souvenirs de la veille : il venait de chier un petit objet biscornu dont le centre s’avérait être une pépite amorphe, sur laquelle deux vagues épaisses, rondes et courbes se disloquaient vers des directions différentes et hasardeuses, telles des ailes en mouvement façonnées avec des galets ou de la pâte à pain. Mais la troublante caractéristique de ce machin, qui venait animer la trouvaille d’un bouleversant et mystérieux charme… était qu’un minuscule trou ambré apparaissait au cœur d’une surface brune et malodorante. Il avait réussi à ne pas salir entièrement la babiole ! Ah dites-donc, il y avait décidément de quoi réjouir un Troubadour aujourd’hui !

Par malchance, il faisait un temps superbe. Un jour où rien ne pouvait faire chier davantage Aklatan, c’est assez malvenu, tout de même, il y aurait pu au moins avoir une tempête… Mais si c’est pour faire tomber un pantin-morue-paratonnerre, cela ne valait pas le coup.
Mais soit, il n’ya avait personne au ruisseau : on lave son linge sale en famille, et si tout le monde grinçait encore des dents à l’idée de sortir et de se coller un visage repoussant sur la tronche pour chier des cailloux, tant pis pour eux.
« Moi, j’ai donné. Et ça a donné quelque chose ! »

Après s’être davantage parfumé les mains en lavant la petite pierre – qu’il n’avait toujours pas jeté, certainement pour préserver un certain équilibre mental, s’il y en avait un – dans l’eau qui s’était laissée faire sans broncher, il se mit en quête de l’examiner, ce que l’objet fit par lui-même, puisqu’il le fît tomber par mégarde, du fait de l’humidité qui avait rendue sa surface glissante. Il ne l’avait pas encore ramassé qu’il aperçu une forme des plus étranges se matérialiser à ses pieds. Cela avait poussé radicalement à la manière d’un champignon, mais aussi rapidement qu’une bourrique ne tombait du ciel. Cela n’avait pas plus de cohésion dans ses formes que le petit objet qu’il avait dans la main : lui, d’une couleur d’ambre pâle parcourue de taches brunes et verdâtres, et cette petite bouse sur pied, trois ailes aussi épaisses et plates que celles du caillou, dont les ramures étaient agrémentées de fines touffes d’herbes aux brins très velus de poils très fins. Cela avait l’apparence d’un végétal, autant qu’il était certainement né de la terre, mais ce truc là était à la fois bleuâtre, verdâtre et marronâtre, si l’on peut dire. Les palmes et tout le reste jusqu’à la tige assimilaient ce dégradé d’émeraude sale, tandis que l’intérieur de ces feuilles, jusqu’au cœur, était brun. Un bout de touffe poilu et loufoque qui avait mit pied dehors, comme sa tête de lard de compagnon minéral venait de frapper à la porte rugueuse du sol.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Déjections polygonales, autel végétal, usage de la vertu : "Merci du cadeau!" - Partie 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit guide de survie à l'usage des habitants de l'hôtel de Bourgogne
» Autel du Roi des Barbares
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» La drogue en Haiti, un phénomène nouveau !
» Sacrifice Personel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Troubadours des Plaines ::    Le Village :: La Place Villageoise (rôle)-
Sauter vers: