Les Troubadours des Plaines

Site officiel des Troubadours des Plaines
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Déjections polygonales, autel végétal, usage de la vertu : "Merci du cadeau!" - Partie 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aklatan
Capitaine des Plaines
avatar

Messages : 483
Date d'inscription : 04/07/2008
Age : 105
Localisation : Collines de Sous-Voûte-Chêne, la maison à côté de la cascade, où un gnome taille parfois des pierres.

MessageSujet: Déjections polygonales, autel végétal, usage de la vertu : "Merci du cadeau!" - Partie 2   Lun 23 Aoû - 16:27

Ainsi, d’autre part cette fois, on peut conclure qu’Aklatan peut-être également un sale petit con ; mais la suite en dira bien plus long sur ce point : on alluma un grand brasier et les festivités commencèrent, quand la nui commençait à s’étendre dans le ciel clair.

Pour sûr, c’était bien sympa, comme fête. Mais comme la balance s’invite de nouveau dans la partie, sans pourtant même faire signe à la justice de l’accompagner, le Troubadour s’apprêta à prendre la parole à l’approche de minuit, qu’il savait être le milieu – il en ferait l’apogée, sans doute – de la fête dans tout son épanouissement et toute son effervescence, n’intégrant pas au calcul les poivrots qui cuvaient jusqu’à l’aube assis aux tables désertes. Comme sur la balance bien équilibrée – dont il ignorait s’il s’était réellement baladé de par les balanciers d’un instrument géant, ou s’il n’avait que rêver, ou bien si c’était lui qui avait rapetissé, ou grandi en sens inverse, ou bien mangé quelque chose de lourd – qu’importerait quel côté choisir, il égalerait l’autre, alors qu’il attende davantage pour que le scandale éclate, qu’il parle maintenant, ou que la fête ne soit que plus gaie par la suite, il n’avait rien à perdre.

« … m’appelle Aklatan et j’ai appris par missive qu’en réalité notre ami tant attendu ne compte pas venir ce soir, du fait d’une mauvaise rencontre, ou quelque chose dans le genre inadéquat… Mais puisqu’on est tous là et qu’il reste plein de bière, je suggère de fêter MON anniversaire ! » Et là, un silence plus insondable que le calme de la mort même ne pouvait offrir s’installa. Aklatan avait encore les bras ouverts, une chope dans la main, le sourire niais se fondant en un air béat. Le Meneur Tarlun paraissait ému à la vue de Sermias ayant glissé au fond d’un gouffre, à côté de cela.

Après un moment densément interminable –je vous laisse imaginer – d’aigres murmures circulèrent dans l’assemblée en se joignant à des regards hagards et plus aigus qu’une lance chauffée à blanc : « Aklatan ? Le petit con qui hurle sans vergogne sur son crin-crin à trois heures du matin ?
- C’est pas celui qui se balade avec sa troupe de cinglés ?
- Avec sa citrouille de malheur qui traite ta mère de guenon dès que tu t’approches ?
- Il se fout de nous, ou alors il y a eu confusion dans les noms entre Harg-ölan et Aklatan…
- Ouais d’accord, et on est venus tous ensemble de façon pacifique sans rien demander à personne, tout ça pour satisfaire un glandu ? »

Aklatan se hâta de descendre de l’estrade en évitant un gobelet lancé à vive allure en direction de son nez, lorsque de la foule qui se divisait retentit :
« Et c’est quoi cette mauvaise rencontre qui serait « mystérieusement » à l’origine de son absence ?
- Trou d’balle !
- P’tit con ! »
Le Troubadour tâcha de gagner du temps pour s’esquiver en mimant une réponse, les yeux rivés sur la garde estivale qui s’approchait de lui à pas lents :
« Euh, je sais pas, moi… il a peur de l’ankou ou quelque chose dans le genre, ouais c’est ça, y a des revenants qui doivent trainer et il aime pas ça, hinhin… »

De façon surprenante, plusieurs personnes se figèrent.
« Dites, ce serait pas…
- Merdasse, il s’y attendait…
- Attendez, il est mort, c’est ça ?
- Il savait que les ténèbres allait arriver !
- Il est mort ?
- C’est le mauvais présage, tirons-nous !
- Ils sont là ! » Les dernières paroles incertaines furent aussitôt étouffés dans une pagaille dantesque où les cris de terreur et de détresse ne se mêlaient plus qu’aux supplications angoissées des villageois qui couraient dans tous les sens, des yeux levés au ciel chacun jusqu’à la porte d’une maison.

Aklatan, soudainement enjoué par cet élan de panique qui l’émancipait de toute tension, se murmura à lui-même : « Ha ! Quel ramassis d’abrutis. Je vais leur dire » :
« Oui, en attendant, il vaut bien mieux être un trou de balle et un petit con qu’une bande de… » Il ne remarqua qu’à ce moment, mais il était seul sur la place, et un long soupir rauque semblait grandir derrière sa nuque, on s’approchait de lui…

Au dernier moment, son regard fusa vers le ciel, qu’il ne pouvait déjà plus voir, puisqu’un visage effroyablement ridé et morbide glissait jusqu’au sien depuis le voile sombre des nuées. Un corps aux amples vêtements noirs étendait ses bras dans les airs, qui semblaient reliés, avec ses jambes, à de longs fils qui s’agitaient derrière lui en se perdant dans les ombres du ciel. C’était une marionnette sans maître, une sorcière qui informe qui tombait du ciel, et dont l’épaisse crinière chevelue qui pendait lugubrement tout autour de sa face repoussante touchait déjà le front du Troubadour.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Déjections polygonales, autel végétal, usage de la vertu : "Merci du cadeau!" - Partie 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit guide de survie à l'usage des habitants de l'hôtel de Bourgogne
» Autel du Roi des Barbares
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» La drogue en Haiti, un phénomène nouveau !
» Sacrifice Personel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Troubadours des Plaines ::    Le Village :: La Place Villageoise (rôle)-
Sauter vers: