Les Troubadours des Plaines

Site officiel des Troubadours des Plaines
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En rogne ou déprimé ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aklatan
Capitaine des Plaines
avatar

Messages : 483
Date d'inscription : 04/07/2008
Age : 105
Localisation : Collines de Sous-Voûte-Chêne, la maison à côté de la cascade, où un gnome taille parfois des pierres.

MessageSujet: En rogne ou déprimé ?   Dim 2 Mai - 17:03

Je regarde fiévreusement mon pichet. A ce moment, le type assis à côté de moi au comptoir prend finalement la parole :
"C'est bien vous qui habitez dans la petite maison sur la colline, près de la cascade, où un...
- ... Gnome taille parfois des pierres, oui.
- Ca doit être peinard de se poser, tranquille, sans personne, dans une cabane comme ça. Là au moins on vient pas vous emmerder.
- Ouais, ça dépend des fois.
- Oui, mais en somme, vous faites le bon choix, puisqu'à défaut de rembarrer les autres, vous foutez le camp et vous trouvez votre mode de vie ! Tenez, y a rien qui m'emmerde plus que les gens dont vous voyez les tronches toute la journée qui sont sur votre dos même quand vous avez l'occasion d'être tranquille dans votre coin. Je suis peut-être nerveux, hein, mais quand j'ai pas envie de parler, ni de voir du monde, je supporte pas le moindre "ca va?", ou encore "qu'est-ce que tu fais ? Pourquoi tu fais ça ? Qu'est-ce que tu fais là?" et quand vous vous donnez la peine de répondre, on s'embarque dans "qu'est- ce qui va pas?"
- Ohlala, oui, je connais bien ça, rassurez-vous.
- C'est pour ça que ça doit être génial, vous posez plus ces questions, on sort de cette routine étouffante...
- Remarquez, dans ce contexte, on n'arrive seulement à être en rogne, c'est plutôt bon signe.
- C'est bon signe d'être en rogne ?
- Ben oui, parce quand on s'emmerde et qu'on est tout seul, là on est déprimé. Parce qu'en se débarrassant un peu plus du concret, on cherche à s'emmerder encore dans l'abstrait. Je vous explique, y a deux moyens de s'emmerder dans la vie : dans le premier stade, on est en rogne, parce qu'on s'emmerde le plus souvent par cause concrète; ensuite, quand c'est plus chiant, on est déprimé, puisqu'on s'emmerde abstraitement.
On est en rogne parce qu'on sait ce qui nous emmerde, c'est une chose concrète dont on est occupé à se débarasser - puisqu'on est en rogne - cette cause repose sur les gens. Y a pas plus concret que les gens comme élément d'emmerdement. Quand on est en rogne, on sait que les gens nous font chier, on cherche à s'en débarrasser, et c'est ce qui nous occupe l'esprit jusqu'à ce qu'on soit satisfait. Voilà le premier stade.
Ensuite il arrive que l'on soit tout seul. Alors là, il n'y a plus grand chose de concret pour vous emmerder - apprivoiser un animal pour vous occuper l'esprit serait intéressant - donc des idées abstraites vous viennent, et uniquement pour vous emmerder. Là vous êtes déprimé, parce que vous pouvez vous débarasser du concret, mais pas de l'abstrait.
- Et comment vous voulez être emmerdé par l'abstrait ? C'est pas clair votre histoire...
- Ben en fait, les questions que le concret vous pose sont " qu'est-ce que tu fais ? Pourquoi tu fais ça?..." et c'est chiant. Vous vous barrez et on vous fait plus chier. Ou alors vous répondez à des questions ensemble, vous jouez à ni oui ni non, et vous passez vite à côté du problème...
- Dans ce cas là, mieux vaut se barrer quand même...
- Précisément, quand vous êtes tout seul, qui pose les questions ? Les croyants répondent les dieux ; c'est pour ça qu'ils ne se posent pas de questions et voient toujours leur vie toute rose guidée par un dieu qui fait tout le boulot psychologique de la vie à leur place, pour résoudre toutes les énigmes. Mais je vous le dis : quand vous êtes tout seul, c'est VOUS qui posez les questions ; évidemment, c'est pas non plus votre animal. Et alors les questions du concret sont les mêmes dans l'abstrait.
- Comment ça ?
- Ben, tout simplement, vous vous demandez "Qu'est-ce que je fais, et pourquoi je le fais ?" et ça marche pour tout, regardez : "Pourquoi la nature fait comme ça ?", "Pourquoi la flûte produit ce son là ?" , "Qu'est-ce que la nuit fait là à cette heure ci ?"
- Haha, mais là c'est carrément une autre dimension ! C'est pas pareil que ma donzelle qui vient me demander pourquoi je suis en train de me faire une tartine.
- C'est vrai, mais vous savez pourquoi ?
- Ben... Ouais, parce que je me fais une tartine parce que j'ai envie, mais que la nuit, euh... ben elle est là parce que c'est l'heure, et puis vous pouvez pas trop aller chercher plus loin.
- Eh bah voilà : soit c'est la même chose dans concret et abstrait puisqu'on ne peut rien y faire, ce qui est faux car on vient de dire que ce n'était pas pareil ; soit... parce qu'on ne reçoit aucune réponse aux questions que l'on se pose dans l'abstrait.
- Forcément, vous êtes tout seul !
- Exactement. Vous êtes en rogne parce qu'on vous pose des questions, vous ne l'êtes plus car vous fuyez sa source. Mais vous êtes déprimé non pas parce que vous posez des questions, mais parce que rien ne peut y répondre quand vous ne pouvez pas le faire vous-même, et que vous ne pouvez fuir votre cervelle.
- Mais comment on arrête d'être déprimé alors ?
- Ben, ce qui fait qu'être déprimé c'est plus chiant qu'être en rogne, c'est que c'est plus dur de s'en débarrasser. Le mieux c'est de poser les questions à quelqu'un d'autre, qui pourrait aider à y répondre.
- A ce moment là, on est plus tout seul !
- Eh non ! Mais tant que l'autre ne pose pas de questions qui concerne nous-même, on n'est pas en rogne !
- Donc, pour éviter d'être en rogne ou déprimé, il faut poser ses questions abstraites à quelqu'un d'autre !
- Mais comment voulez-vous avoir des idées abstraites lorsque quelqu'un est toujours là pour vous maintenir dans le concret ?
- Oula, ça devient flou... Et si la personne est abstraite ?
- Il faudrait qu'elle soit seule à la base.
- Donc il faut être seul pour éviter d'être en rogne, mais voir des gens pour éviter d'être déprimé !
- On peut dire ça comme ça.
- Ben comment on s'en sort si on peut ni être seul ni entouré ?
- Comme vous êtes forcé d'être soit l'un soit l'autre, il faut faire intervenir le jugement personnel. Vous choisissez ce grâce à quoi vous vous sentez bien, jusqu'à être en rogne ou déprimé, et faire en sorte de ne plus l'être, à savoir inverser sa situation, pour palier cette influence négative.
- Ouais, c'est pas faux...* On est donc obligé de l'être de temps en temps ?
- Soit on est assez con pour être déprimé, soit les gens sont assez cons pour vous foutre en rogne ; c'est le milieu de partage entre concret et abstrait.
- Du coup, comme c'est moins chiant d'être en rogne que d'être déprimé, je crois que je préfère être en rogne, je pourrais pas préparer de tartines tranquille, mais je pourrais les bouffer sans me poser de questions.
- Ben moi je préfère être déprimé, parce qu'après m'être fatigué à vous expliquer autant de conneries pendant quinze portions, je suis toujours aussi convaincu que j'ai pas envie de voir votre tronche aujourd'hui." Je finis mes trois gorgées de vin, et rejoins le sentier de la colline en quittant le comptoir.


* Marque déposée par Perceval


Prochainement : Grand Quiz sur le thème "Etes-vous en rogne ou déprimé ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aklatan
Capitaine des Plaines
avatar

Messages : 483
Date d'inscription : 04/07/2008
Age : 105
Localisation : Collines de Sous-Voûte-Chêne, la maison à côté de la cascade, où un gnome taille parfois des pierres.

MessageSujet: Re: En rogne ou déprimé ?   Mar 22 Juin - 20:42

GRAND JEU QUIZ : ETES-VOUS EN ROGNE OU DEPRIME(E) ?

Pour le savoir, répondez-vite à ces 20 questions, qui refléteront votre personnalité avec clarté et pertinence, et vous diront si vous êtes soit en rogne, soit déprimé(e) !*


1) En vous réveillant après une nuit de sommeil :
A. Vous vous levez
B. Vous vous asseyez, vous vous levez, puis vous marchez
C. Vous ne faites rien.
D. Vous attrapez votre bouteille de rhum de chevet et avalez plusieurs goulailles jusqu’à vous rendormir
E. Vous ne vous réveillez pas, car vous saisissez les reflets et les ombres de mondes étranges qui ne vous donnent qu’une illusion de la réalité sans même vous laisser saisir sommeil, réveil, bouteille de chevet…

2) Quand les oiseaux chantent :
A. Vous chantez aussi.
B. Vous hurlez.
C. Vous allez chercher votre arc et vos flèches, et paf les piafs.
D. Vous vous cachez derrière une fenêtre, et vous observez narquoisement comment ces malheureux oiseaux vont survivre dans cet espace clôt qui va les torturer, lentement… Très lentement.

3) Vous vous attablez pour manger :
A. Vous mangez chaud.
B. Vous mangez froid.
C. Vous posez votre regard sur la nourriture, et vous attendez une réaction.
D. Vous vous mangez le bras.
E. Idem, sauf que vous prenez soin de couper votre bras, de le faire rôtir et de le découper en lamelles dans une assiette toute propre, avec des haricots verts et quelques carottes râpées.

3) Lorsque vous avez envie de pisser :
A. Vous baissez votre futal pour nourrir l’herbe de votre fontaine de jouvence.
B. Vous acquérez l’adresse d’un noble, puis courez jusqu’à sa grande maison, attendez qu’il vous reçoive, vous approchez de lui, baissez votre froc, et vous lui urinez sur les chausses.
C. Vous mettez votre vessie à l’épreuve.
D. Vous vous laissez aller, et vous essayez de tracer des formes sombres sur vos jambes, sans sortir les mains des poches, ni baisser votre pantalon.
E. Vous noyez une fourmilière en riant bêtement.

4) En allant à la taverne :
A. Vous commandez à boire pour vous.
B. Vous commandez à boire pour tout le monde.
C. Vous refusez d’offrir la tournée préparée et avalez à vous seul trente-six pintes.
D. Vous prenez un air énigmatique et vous adressez sans le regarder à votre voisin, en susurrant d’une voix obscure « je sais pourquoi vous êtes là ».
E. Vous provoquez une bagarre générale en arrosant de tout le contenu de votre verre la personne qui se trouve juste derrière votre voisin.
F. Vous y participez en vociférant des insultes.
G. Vous observez le spectacle dont vous êtes le compositeur.
H. Vous gardez votre regard plongé au fin-fond du breuvage moussant.

5) Vous n’avez ni toit, ni nourriture, ni argent, et l’ouragan s’annonce au loin.
A. Vous attendez qu’il neige. Au moins vous serrez aux premières loges pour un événement naturel si sensationnel.
B. Vous grimpez jusqu’au sommet d’une montagne et essayez de vous gorger de l’énergie des orages pour les soumettre à votre pouvoir.
C. Vous coupez des arbres avec vos dents et construisez une cabane avec la vélocité du grolougnou.
D. Vous frappez aux portes. D’abord vos amis, puis les autres si vous n’en avez pas ou qu’ils ne veulent pas vous voir.

6) On frappe à votre porte :
A. Même pas la peine d’y penser : vous ne bougerez pas votre gros cul pour aller ouvrir
B. Vous y pensez, vous levez votre gros en vous dirigeant vers la porte, et vous n’ouvrez pas
C. Vous ouvrez : un ami demande le gîte pour l’ouragan qui se prépare, vous l’envoyez chier.
D. Vous ouvrez : vous invitez la personne. Vous apaisez la soif et l’appétit avec force viande et vin doux, et envoyez vos nymphes préparer le lit pour votre hôte, qu’il mette fin à la fatigue qui pèse sur ses paupières.
E. Vous invitez la personne que vous avez envoyé chier : elle ne peut continuer à déféquer ainsi sur votre pas de porte !

7) Une femme superbe frappe à votre porte :
A. Vous dites : « N’allons point abîmer ces mains délicates sur ce bois dont je punirai au plus tôt la rustre rudesse ! »
B. Vous dites : « Ca va pas de frapper si fort, espèce de… oh, salutati… Non ne partez pas, revenez !
C. Vous ouvrez. Elle ne vous plaît pas. Vous refermez.
D. Vous la faites entrer et lui préparez un bon repas.
E. Vous l’invitez à prendre un thé, et elle vous fait des avances. Après réflexion que de toute façon ce n’est pas aujourd’hui que vous arriverez à quelque chose dans ce domaine malgré tout, vous la faites sortir.

Cool Vous regardez la lune apparaître dans le ciel nocturne (sans la fille, vous êtes un gros nul / grosse nulle de toute manière, c’est pas étonnant) :
A. Vous la trouvez presque ronde.
B. Pour vous c’est un croissant.
C. Pour vous c’est un berceau.
D. Est-elle à moitié pleine ou à moitié vide ?
E. Il n’y a pas de lune, Néo.

9) Vous vous approchez de la rivière tranquille, dans le sous-bois :
A. Vous regardez dans ce courant votre vie qui s’écoule inlassablement.
B. Vous y lâchez des glaviots le plus rapidement possible pour leur faire faire la course à la surface de l’eau.
C. Vous y trempez les pieds, prenez une canne à pêche et chantonnez gaiement avec le clairon de l’eau, peut-être attraperez vous un anneau.
D. Vous enlevez tous vos vêtements et vous y baignez.
E. C’est laid et l’eau doit être froide, vous dites-vous.

10) Avec du saucisson :
A. Vous le coupez en tranches, l’épluchez et le mangez.
B. Vous croquez dedans sans rien éplucher, et tachez d’avaler chaque bouchée en regardant un mur en face de vous.
C. Qu’est-ce qui vous prouve qu’il est sec ? Qu’il ne l’est pas ? Pourquoi devriez-vous choisir de le manger sec ou non ? Qui parle de le manger ?
D. Vous décidez d’ouvrir un stand de charcuterie à Cidre et Dragon.

11) (Question-piège) Hamm vous siffle :
A. Vous ne répondez pas. Rire bref.
B. Vous faites trois pas vers la fenêtre de gauche, vous sautez dans la mer.
C. Vous faites trois pas vers la fenêtre de droite, vous allez dans le désert, en évitez de passer par la porte du cabanon car vous la savez piégée. De toute façon vous êtes si voûté que vous ne pouvez même pas apercevoir la poignée.
D. Vous regardez votre lumière qui meure.
E. Vous récupérez les billets de loterie de Hamm pour y chercher la combinaison du buffet.
F. Vous attendez que ça finisse.

12) Votre être reflète soit la craie soit le trait. Vous êtes :
A. La cause : vous vous considérez la craie, ce qui fait que vous êtes con.
B. L’effet : vous vous considérez le trait, ce qui fait que vous êtes ABS (absent)
C. Un Troubadour.

13) Dans la vie, vous aimez :
A. Cogner les gens.
B. Ecouter les gens.
C. Fuir les gens.
D. Emmerder les gens.
E. Etre une légende. Vous êtes foutu.

14) Vous êtes convoqué à une réunion Troubadourienne :
A. Vous écrivez comme de coutume une chanson, un discours d’éloge de clan, une panier garni pour le meneur, une ode pour le meneur, des flatteries pour le meneur...
B. A défaut de vous prendre pour un pigeon, vous renvoyez le pigeon voyageur à l’envoyeur pour qu’il siège à votre place lors de la réunion.
C. Vous chiez dans un paquet, et vous l’envoyez au meneur.
D. Vous feintez d’avoir un examen à préparer.
E. Vous courez pour vous rendre au lieu de rendez-vous…
F. … Tout près du but, vous tombez dans un gouffre.

15) Vous découvrez un animal que vous n’aviez jamais vu auparavant :
A. Vous tentez d’établir un contact entre la bête et vous.
B. Vous partez en courant, les yeux larmoyant d’angoisse à la vue de ce fauve féroce qui va certainement se mettre à votre poursuite.
C. Vous pointez une arme à feu sur son front et lui demandez si il a une âme, en menaçant de tirer s’il ne répond pas dans votre langue avec une phrase de cinq mots.
D. Vous le caressez dans le sens du poil, puis à rebrousse-poil, puis vous jouez de la musique et attendez une réaction.
E. Vous constatez qu’il s’agit d’un homme.
F. Humain ou pas, vous demandez à votre mère si vous pouvez le garder.

16) Vous êtes Maman :
A. « Non, on ne gardera pas cette horreur à la maison. Point barre. »
B. « . / »

17) Qu’est-ce que l’emmerde ?
A. Les jours qui séparent chaque jour du nouvel an.
B. Etre en rogne.
C. Etre déprimé.
D. L’emmerde, c’est ça.

18) Pour vous, vous sentir bien, c’est :
A. Adopter le nouveau régime « Graines et vapeur » du Seigneur des Anorexiques des peuples d’Hallybabwood.
B. Cool.
C. Pas se sentir assez bien.
D. Pas possible ; le monde va exploser dans deux ans, une religion impie réveillera Cthulhu des entrailles, les démons vont sucer la chair des vivants, nous devons nous convertir, et ouvrir nos veines poisseuses de désolation, non vous ne me ferez pas taire, je…
E. Ne pas réfléchir à cette foutue question.

19) Vaut-il mieux se préparer des tartines :
A. Avant que la nuit ne tombe ?
B. Après que la nuit ne tombe ?
C. Quand elle n’est pas là ?
D. Quand les rats dansent ? Mais attention cela peut devenir inquiétant.
E. Pour les manger ?

20) En observant le monde, vous vous demandez :
A. Qu’est-ce que le concret pour m’emmerder à ce point ?
B. Qu’est-ce que l’abstrait… Qu’est-ce qu’il a de plus que moins ? Tu peux me le dire ?
C. Où est passé mon nombril ?
D. C’est moi qui pose les réponses.
E. ?




Si vous avez une majorité…
De A : Hahaha, je vous ai bien niqué.
De B : Bien.
De C : Vous êtes un sacré connard / sacrée connace, parfois violent(e). Vous n’en êtes pas moins honorable.
De D : S’il y a assez de faces dessus, vous pouvez entamer un Donjon et Dragon.
De E : Vous êtes un(e) sacré(e) warrior, car il se pourrait que vous ayez réussi à lire chaque liste de réponses jusqu’au bout. Si vous n’avez choisi de ne répondre que par E, ce n’est pas bien, vous êtes un tricheur / une tricheuse et serez privé(e) de dessert.
De F, G H... : Vos êtes un menteur / une menteuse.
De Z : Y a un problème.

Si vous avez effectué ce test, c’est que vous êtes déprimé(e), mais en convalescence, car vous avez commencé à ne plus vous poser vous-même les questions. Vous en arriverez à être en rogne.
Si vous en êtes à lire ceci, vous êtes sacrément en rogne, étant donné la qualité du test que vous vous êtes donné la peine de lire. Vous allez déprimer grave en vous arrêtant ici.
Dans tous les cas restants, vous êtes indubitablement et irrémédiablement un Troubadour.

MERCI D’AVOIR JOUE AVEC NOUS !






*Jeu à titre personnel, sans obligation d’achat ni intervention d’ordre public. Toute poursuite est écartée de notre responsabilité tout pétage de câble reste privé, et tout ce qu’on a décidé de voler dans vos poches alors que vous êtes sereinement, prudemment, soucieusement, attentivement, minutieusement, consciencieusement, scrupuleusement, méticuleusement concentré(e) à lire ce texte, on le garde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
En rogne ou déprimé ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Majorité :"la hargne, la rogne et la grogne"...
» Manifs de lycéens réprimées au gaz lacrymogène
» [ Stéréotype de la jeune fille déprimée ? ]
» A peine arrivée et déja un peu déprimée.
» Un poivrot déprimé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Troubadours des Plaines ::    Le Village :: La Place Villageoise (rôle)-
Sauter vers: