Les Troubadours des Plaines

Site officiel des Troubadours des Plaines
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La médite Troubadourienne : Au delà du miroir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aklatan
Capitaine des Plaines
avatar

Messages : 483
Date d'inscription : 04/07/2008
Age : 105
Localisation : Collines de Sous-Voûte-Chêne, la maison à côté de la cascade, où un gnome taille parfois des pierres.

MessageSujet: La médite Troubadourienne : Au delà du miroir   Mer 4 Nov - 16:19

On veut faire en sorte que l’individu soit accepté quelque soit, le lui donner autant de libertés que possibles ; les pays les plus développées sont fiers et à même de l’entreprendre.

Cela dit il y a une chose que l’humain ne tolère pas depuis maintenant pas mal de temps : celui qui refuse l société. Dans peut-être cent ou deux cent ans, cela serait envisageable et compréhensible par chacun ; mais aujourd’hui cela ne l’est pas, car l’humain n’a jamais appris, ou a oublié, la possibilité de vivre hors de la société, et de refuser d’y contribuer.

Combien de fois cette expression est-elle radotée : « être utile à la société » ?
Dans un monde extérieur à Galea, un mouvement philosophique s’est développée sur un siècle (le siècle des chandelles), quel mouvement révolutionnaire que celui-là ! Cela dit beaucoup de philosophes étaient aussi préoccupés par cela, un bemol dans ce fatras grandiose.

Car aujourd’hui, soit on nous oblige à choisir une voie utilitaire à la société, soit on nous renie, ou nous blâme (indirectement, c’est bien aimable). Un exemple concert emblématique :
« Qu’envisages-tu de faire après ton examen ultime de Brassage Aléatoire de Connaissances ? Quelque chose d’intéressant dans la science, l’écriture, l’artisanat, pour entrer dans la société et la faire avancer… »
Attendez un peu. Tout ça n’est pas inné. Si je ne choisis pas de faire avancer la société, la considérant comme une machine à pièces d’or qui ne cherche qu’à faire la course et la guerre avec le reste du monde dans tous les domaines de pouvoir, en glissant sur le rail dans un rond d’injustice et de manipulation ?

Tout le monde veut faire marcher l’économie, ou la politique, mais sait-il où cela mène ? Est-ce pour le mérite d’affirmer « je contribue au fonctionnement de la société ! », ou bien simplement amasser assez d’argent pour se vautrer dans les tribunes de duels de chevaliers ou de théâtre à la cour pendant soixante-deux ans ? Sans se soucier de la préparation de la guerre de siège des voisins mécontents, du cancer généralisé de la bonne sœur de la chapelle, ou du jeune Akolom à la respiration haletante allongé sur sa couche délabrée au fond du Wroündala, n’ayant aucun souvenir du goût des graines les plus répandues au monde ?

Si on répond en trois mots à la question sur l’avenir de la personne par ce résonnement, on rétorquera seulement par « Mais tu dois, il n’y a pas d’autre moyen… » ou bien « A ce moment là, tu n’as rien à faire ici, tu peux tout de suite t’en aller… » Et ça, ce n’est pas vrai.
On peut étudier pour soi, pour s’enrichir ; et si on ne veut pas entrer dans le cercle de la société, si on la considère cupide et égoïste, on peut très bien passer au travers du miroir des mœurs de la vie mondaine, et choisir de plaider la réflexion, la diplomatie, la juste mesure, l’écoute, l’entente, la diplomatie, la paix, l’écologie, de se plonger dans l’art, l’apprentissage des choses mystérieuses et naturelles… Pour inventer l’encyclopédie de l’équilibre naturel et humain, en s’arrachant à celle du « Système, commerce, palais, nombril : vous avez tout compris ».

Il est vrai que c’est difficile de réfléchir et d’observer le potentiel de l’œuf alors qu’on a toujours vu que la poule. Il s’agit d’abord de prendre du recul et de faire appel à la balance de la raison, sans craindre les plus grandes frustrations, qui se changeront en outil solide pour la suite.
Avant la société, il y avait l’homme libre : sa liberté était d’ouvrir les yeux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La médite Troubadourienne : Au delà du miroir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le grand départ...
» Au delà des mots...
» Le regard est'il le miroir de l'âme ????
» Alice aux pays des merveilles / La traversée du Miroir
» Le Roi au-delà de la mer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Troubadours des Plaines ::    Le Village :: La Grande Salle (rôle)-
Sauter vers: