Les Troubadours des Plaines

Site officiel des Troubadours des Plaines
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quémandeur de la citrouille - Partie intermédiaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aklatan
Capitaine des Plaines
avatar

Messages : 483
Date d'inscription : 04/07/2008
Age : 105
Localisation : Collines de Sous-Voûte-Chêne, la maison à côté de la cascade, où un gnome taille parfois des pierres.

MessageSujet: Quémandeur de la citrouille - Partie intermédiaire   Mar 3 Nov - 16:47

La magicienne au bord de l’indignation enveloppa sa boule de cristal dans un morceau de tissu, et frappa la table du poing, avant de lancer sèchement :
« A votre aise, messires, vous voilà bien renseignés ; maintenant allongez 6 pièces d’or, et au trot ! » Même sa démonstration de voyance n’avait pas réussi à capter les regards avec autant de rapidité, ni même autant de décontenance. Aklatan fît en sorte de soupçonner un semblant d’agilité d’esprit, en vidant sa chope à peine entamée à s’étouffer de cidre. Il se leva aussitôt :
« Et bien, je m’en vais accueillir l’étranger, il ne faudrait pas qu’il se sente égaré dans ce froid, même s’il a de quoi s’éclairer avec sa… » Le Troubadour resta figé sur place. Il ne croyait pas cet instant possible dans toute son existence. Comment son cerveau avait-il pu se déconnecter dans un moment si défavorable ? Lorsqu’il retrouva ses esprits, ses compagnons de table s’étaient sauvés, ayant même emportés leurs chopes. Il sursauta, en contemplant avec désarroi et stupeur la situation dans laquelle il était laissé, ayant même failli à sa feinte stratégique. La magicienne le regardait d’un œil déterminant, appuyée de ses deux mains contre la table.
« Pas de chance. » conclût-elle. Aklatan sortait de sa rêverie tétanisante, en laissant échapper un murmure incertain :
« Cette nuit… C’est… Une citrouille…
- Oh, c’est à ça que tu réfléchis… Tu sais pourquoi la chance ne va pas bien pour toi ce soir, alors. Ne t’inquiète pas tu ne seras pas le seul, j’en connais d’autres qui vont passer une très mauvaise nuit, grâce à quelques maléfiques invoqués dans toute leur splendeur.
- On est le 27 ?
- Effectivement, Gaggelon’kashka, j’attends cette nuit depuis des semaines, ça me met de bonne humeur ; comme t’as pas l’air méchant malgré ta sale tronche je veux bien te faire don d’une pièce. Ca fait 5 pièces d’or ! » Le Troubadour n’avait que faire de mettre la main à la bourse pour la quatrième fois de la soirée, ce n’était qu’une fois de plus ; de toute façon il tenait la moitié de sa bourse du coffre de clan dont il était responsable. Il ne pût s’empêcher de demander, en reprenant place à la table :
« Voilà… Mais, vous savez ce qu’il veut ce type, avec la citrouille ?
- Ca, il faudra lui demander toi-même.
- Mais vous savez qui c’est ?
- Hahaha ! Je connais le nom de son tanneur aussi ! C’est peut-être Kaelick-o’-lantern, qui vient faire son offrande !
- Vraiment ?
- Non, ce pauvre Kaelick ne vient jamais dans les Hautes-Plaines, en tout cas je n’en jamais entendu parler par ici. Quel besoin as-tu d’abreuver tes chausses comme ça, c’est juste un voyageur qui veut traverser les ombres tranquillement. Bonne nuit des songes macabres à vous. »
Aklatan resta un instant de glace, puis quitta la taverne en trombe. Il traversa la rue du village, dont le vent lui glaçait les os jusqu’à la moelle, et se dirigea jusque chez lui en jetant des regards prudents tout autour de lui. Rien ne bougeait dans l’obscurité totale qui l’entourait ; même une ombre aurait perdu son chemin ce soir. En poussant la porte rongée aux mites de sa cahute, le Troubadour retrouva la pièces sombre et désertée de la moindre souris, le silence seulement déchiré par une voix grasse chantant un air diablement faux. La citrouille à la balafre attendait au pied de l’armoire, dans un état de surexcitation notoire, la bouche chargée de paroles désinvoltes, et même de morceaux décomposés et putrides dont le mâchonnement sonore mêlé à la chanson inspirait le dégoût. Il alluma une chandelle, et découvrît au sol un cadavre tuméfié et liquéfié, couvert d’une substance verdâtre.
« Le forgeron en chef ? C’est lui ? » La citrouille le dévisagea en affichant le sourire le plus étiré et le plus malveillant qu’elle pût, dont elle n’était capable que sous l’enthousiasme d’une telle nuit.
« Je t’avais bien dis qu’il reviendrait ! Haha, t’es vraiment trop con, comment tu peux croire à une histoire de fantômes pareille alors que j’avais déjà avalé ! » Aklatan se laissa envahir par un certain soulagement, même si la vision du sort du forgeron ne le mettait pas particulièrement à l’aise.
« Qu’est-ce qu’on rigole pendant la nuit noire ! Je t’avais raconté la fois où j’avais vu Kaelick au falot ? Là aussi on s’était bien marré…
- En attendant y un type qui s’amène au village depuis la forêt, il se promène avec une citrouille-lanterne.
- Pfrrh ! Si tu savais le nombre de types qui s’amusent à se balader avec un potiron à bout de bras pendant la nuit noire…
- C’est une citrouille, pas un potiron.
- Je ne suis pas un brinquebalot de lanterne souriant ! Et puis j’ai jamais aimé les potirons, toujours à se plaindre, ceux-là…
- Pourquoi t’as attendu un an avant de le bouffer, ce pauvre gars ? Maintenant il ressemble plus à rien !
- Est- ce qu’il aurait cette odeur si je l’avais bouffé le lendemain ? Et puis il faut du temps pour faire mourir ces gars, surtout avec cette taille ; c’est pas un éclair magique qui en fait une gelée royale servie sous cloche. Je me suis dis aussi que je pouvais le garder pour cette nuit et l’anniversaire ! J’aurais pu rester accroché sur ce pic perdu dans les bois pendant toute année et pourri sur place… C’est bien la seule chose que je te dois ! » La citrouille continuait de dévorer l’immonde carcasse, dont les relents méphitiques donnaient quelques haut-le-cœur involontaires au Troubadour ; celui-ci respira l’air tiède de sa chemise à grandes bouffées. Il lui posa une question dont la valeur ne lui semblait pas concevable jusqu’à maintenant :
« Mais attends… Qu’est-ce que tu foutais sur une pique en plein milieu des bois ?
- Ben on m’a planté dessus, tiens ! » Sans aucun approfondissement, il observa le Troubadour avec hésitation :
« Quelle tête il a, ce type ?
- Celui qui arrive au village ? J’en sais rien je l’ai même pas vu, il a une capuche, en plus. »
La citrouille balafrée grimaça en tâchant de rouler péniblement sur le côté jusque sous le lit, et ajouta avant de disparaître :
« Tu ne m’as jamais vue ! »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quémandeur de la citrouille - Partie intermédiaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UU] - Mon beau sapin, roi des forêts ? - Intermédiaire
» District intermédiaire - District 6
» [UU] Make it Rain! [Intermédiaire?]
» [RU] Ma première team - Intermédiaire
» Le Dg s'absente, les joueurs se pognent le cul !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Troubadours des Plaines ::    Le Village :: La Grande Salle (rôle)-
Sauter vers: