Les Troubadours des Plaines

Site officiel des Troubadours des Plaines
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nain, tram et crapaud - Partie 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aklatan
Capitaine des Plaines
avatar

Messages : 483
Date d'inscription : 04/07/2008
Age : 105
Localisation : Collines de Sous-Voûte-Chêne, la maison à côté de la cascade, où un gnome taille parfois des pierres.

MessageSujet: Nain, tram et crapaud - Partie 2   Dim 22 Fév - 14:59

La gare était bien sombre, tandis qu'une odeur de quiche trop grillée flottait dans l'air. Aklatan détourna son regard vers la droite, bon c'était juste l'invocation mineure de cellule incandescente du mago d'à côté. Pourquoi ne détourna-t-il pas son regard vers la gauche, ainsi? Parcequ'il savait déjà d'où provenait l'odeur rien qu'en regardant à droite. Qu'est-ce que je raconte, bon sang ! Il regarda tout de même à gauche. C'est comme Aramanth lorsqu'il promet de quitter ce jeu en flash bidon dans les 5mn, c'est n'importe quoi, il n'a rien d'autre à faire...
Sur sa gauche, il y avait une jeune femme. Oui, elle attira sa vision comme le miel attire Winnie l'ourson mutant des cavernes Pikaglace, car en effet ; elle était là, à quelques mètres de lui... Mais ça marche pas le truc de la vision paradisiaque du cadre en pétale de rose autour du visage de Vénus du Milo flottant dans la brise, c'est aussi bidon que les jeux en flash, les mathématiques, la corde de cistre incassable, desperate housewives, l'infra-vision d'oxys ou encore l'anneau unique qu'en fait, y en a 9 et que les rois les perdent, alors ils sont tellement vénères et dépendants des bijoux qu'ils recherchent le dernier anneau qui leur appartient même pas, c'est le principe de Cortez sur le nouveau-monde, de la guerre, de l'intolérance ou des vendeurs de chez score game ou music gallery...

A part ça, Aklatan attendait le tram avec calme. Comme un crétin, il regarda (encore une fois) le panneau d'indication des gares pour se rendre compte qu'il n'était pas sur le bon quai.
A part ça, Aklatan attendait encore le tram, sur le bon quai cette fois. Un humain à l'allure arrogante se déplaçait le le long de la voie en vociférant grossièrement dans un capteur à ondes sonores (très pratique pour discuter à distance, sauf que son compatriote en ce moment était sur une montagne avec un cor géant, un haut parleur de King Kong suisse dans lequel il doit gueuler pour émettre des ondes sonores claires), en attendant l'appareil du bonhomme fonctionnait plus vite que le ventilateur d'un grand brûlé ayant 40 de fièvre, le système défaillant envoyait multitude d'étincelles electro-magnétiques brûlantes à long terme, cet abruti vînt s'adosser au mur juste à côté d'Aklatan. Ce dernier intervînt, quelque peu perturbé par les jaillessements de microscopiques monceaux métalliques, nocifs pour le système nerveux et le cerveau, car sur une longue période pouvant s'implanter trop considérablement dans les muscles et les organes.
"C'est une fabrication gobeline votre machin ?
- Je t'ai causé, morpion ?
- J'en avais comme l'impression, avec vos hurlements à cinquante centimètres de ma tête...
- J'ai pas de temps à perdre.
- Pourriez-vous au moins avoir l'obligeance d'arrêter votre appareil, ca me fout des maux de tête à la longue.
- Oooh alors comme ça il a peur des petits rayons qui lui font mal au crâne au pauv' petit !
- C'est défaillant, ca grince et ca manque de péter, dites à vous gobelins de réviser leurs travaux avant de les faire supporter à tout le monde.
- Les gobelins de Limamotor sont à la pointe de l'inovation : c'est pas dangereux.
- A peine.
- Lâche-moi la grappe maintenant et laisse-moi appeler avec mon Ifun.
- Ifun?
- Ouais, parceque c'est moi et c'est fun.

Lorsqu' Aklatan posa un pied dans le tram, il fût bousculé par un individu en provenance certainement des contrées méridionales, qui l'interjecta avec mépris :
"Vas-y bouge !"
Quelle étrange machine que le tram. Bien de l'énergie mise en oeuvre pour faire avancer tout un convoi, sous la terre en plus. Belle invention que les gares aussi ! Enfin si on veut :
"Merde. Comment elle s'appelle la gare de Claquos-au-comté ?" se demanda Aklatan, légèrement étourdi.
Au bout de quelques stations, alors que le wagon se vidait - un vide se fît aussi lorsque d'autres individus sortirent en trombe en se balançant frénétiquement à chaque enjambée, s'écriant tous les cinq mètres "vas y bouge de là" ; Aklatan devina au moins que le tram arrivait à Cellesar - un lutin au nez crochu, au bonnet rouge et l'air enjoué, apparut devant lui et se jeta sur le quai à dos de crapaud des tourbières, il hurla des paroles pleines d'un robuste message :
"Tzaaaawiii, boooing ! Tzaaaawi bouiiioung !! Hahaha yaaaaaah hihihi..." Il savait ainsi qu'il était arrivé. Il en profita pour essayer de retenir le nom de la station. Bon, c'est vrai que Claquos-au-comté est une bien belle et paisible région. Mais le seul moyen de s'y arrêter via le tram est de se rendre compte que le haut parleur dans lequel le nom de la gare est annoncé reste muet à l'approche du bon port. Forcément avec ce nom là. Vous le saurez bien assez tôt... Mouhahahahah... ha.

S'étant enfin éloigné des machineries, du bruit et des abrutis (poil au salami), il marcha dans la direction prévue pour trouver le patelin de Claquos-au-Comté, en ne se fiant qu'à une vulgaire carte, dégotée dans le coffre de guilde que Tarlun n'avait ouvert depuis longtemps... presque trois semaines. Hé non, vous auriez aimé qu'il fasse demi-tour et se perde durant des heures entières dans la campagne juste parce qu'il avait tenu sa carte dans le mauvais sens. Raté, trop récurrent. Comme les borsses à dents ou les pierres ponce.
Il aperçut enfin un village, vers lequel il accéléra le pas, pour s'arrêter un instant au pied du panonceau sur lequel le nom gravé était devenu illisible, certainement par des vandales, oulala des voyous de première espèce auxquelle Germaine ferait mieux d'apporter une correction.
Un nain des bosquets (entre lutin et grand farfadet), casqué de cuir et tenant une petite lance artisanale dormait contre le poteau de bois. Il sursauta lorsqu'Aklatan lui demanda :
"Salutations messire, est-ce bien là la route pour Claquos-au-comté ? C'est le village là bas, n'est-ce pas?
Le village? Quel village?
- Celui visible au loin, derrière le bois, vous savez...
- Le village... non, messire, Claquos-au-comté a disparu il y a soixante ans, à la suite d'un pillage par les pirates du ciel.
- Qu'est-ce que vous dites?
- Tout le vilage en flammes, il paraît qu'une malédiction hante encore ces lieux d'ailleurs, il vaut mieux vous en éloigner." Le silence s'installa alors pour laisser siffler l'air tiède de la campagne. Quelle effroyable nouvelle le petit gaillard était donc en train de raconter? Comment se faisait-il que la course de crapaud des tourbière avait donc été prévue là? Etait-ce une épreuve? Une épreuve pour Aklatan dont la vision admettait l'image d'un village au loin? Etait-ce l'oeuvre d'un don étrange et mystérieux qui unissait son âme grâce à un pacte sacré aux forces d'outre-tombe que seule la sorcellerie et la divne masse pourpre qui transfigure le ciel les nuits sans lune...
"Haha, je vous fais marcher ! Bien sûr qu'il s'agit de Claquos-au-comté ! Haha qu'est-ce que je suis con, je déconnais ! Dépêchez-vous si vous ne voulez pas rater la course ; ensuite on se pintera la gueule pour rouler sous la table jusqu'à pas d'heure !"
Aklatan prit donc la direction de la bourgade (une nouvelle fois, sauf que maintenant il est à 600 mètres), il soupira de vaillance et d'allégresse en parvenant au lieu dit.

To be continued (ouh yé béybi)...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Nain, tram et crapaud - Partie 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Taverne du Nain Joyeux
» [TERMINÉ] Gurdal Gloignus, Nain de la Moria...
» Thornac, le Nain guerrier
» Renom, Honneur et Wanted d'un Nain?!
» Partie de plaisir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Troubadours des Plaines ::    Le Village :: La Place Villageoise (rôle)-
Sauter vers: